Journée des compétences essentielles

La Journée des compétences essentielles est une initiative annuelle se tenant chaque septembre pour sensibiliser le public à l’importance de la littératie au travail et de la formation visant l’acquisition de compétences essentielles. Les neuf compétences essentielles énumérées par le gouvernement du Canada (la lecture, l’utilisation de document, le calcul, la rédaction, la communication orale, le travail d’équipe, la capacité de raisonnement, l’informatique et la formation continue) forment la fondation sur laquelle reposent toutes les autres habiletés et permettent aux personnes d’évoluer dans leur travail et de s’adapter aux changements qui ont lieu au sein de l’entreprise. Nous faisons appel à ces compétences dans tous les emplois de différentes façons et à des niveaux de complexité différents. Elles forment la fondation sur laquelle repose l’apprentissage de toutes les autres habiletés et permettent aux personnes d’évoluer dans leur travail et de s’adapter aux changements qui ont lieu au sein de l’entreprise.

Littératie au travail au Canada

  • Les employeurs canadiens ont dépensé en moyenne 889 $ par employé pour l’apprentissage et le perfectionnement en 2016-2017, une augmentation de 89 $ par employé depuis 2014-2015. Le nombre moyen d’heures passées en apprentissage par employé par an est également à la hausse : 25 heures en 2010 contre 32 heures en 2016-2017 (Les cultures d’apprentissage montrent la voie : Perspectives sur l’apprentissage et le perfectionnement, Conference Board du Canada, 14e édition, 2018).
  • Investir dans la littératie au travail permet par ailleurs des économies de coûts grâce à une diminution des erreurs et du gaspillage (UPSKILL Health – Rapport technique sur les travailleurs et les résultats commerciaux : Société de recherche sociale appliquée, 2016).
  • Parmi les travailleurs qui ont participé à la formation sur les compétences essentielles, près de 25 % étaient plus susceptibles de signaler une réduction quant au stress relatif au travail comparativement à ceux n’ayant pas reçu ce type de formation (UPSKILL Health – rapport technique sur les travailleurs et les résultats commerciaux : Société de recherche sociale appliquée, 2016).