Accroître la littératie financière des résidents des communautés autochtones

La Georgian Bay Native Women’s Association (GBNWA) est une organisation à but non lucratif qui intervient dans les villes de Midland et de Penetanguishene, en Ontario. Depuis 1989, cet organisme vise à préserver et à promouvoir la culture, la langue et le patrimoine anichinabés. Pas moins de 22 programmes à l’intention de l’ensemble des populations autochtones (et pas seulement des femmes) y sont proposés, qu’il s’agisse de garde d’enfants, de soutien prénatal, de santé des femmes, de logement, de santé mentale ou d’aide en cas de dépendance.

Ryan St. Amant supervise le programme de logement de la GBNWA, qui permet d’offrir des logements subventionnés pour une période pouvant aller jusqu’à trois ans. S’il s’est porté volontaire pour diriger le programme de littératie financière Question d’argent pour les Autochtones d’Alpha pour la vie Canada, c’est parce que, selon lui, ce programme convient parfaitement aux locataires des logements de la GBNWA.

« J’ai pensé qu’il serait judicieux de partager des conseils financiers avec la communauté, d’autant plus que nous constatons une augmentation du nombre de sans-abri autour de Midland et de Penetang », explique-t-il.

Question d’argent est un programme d’introduction à la littératie financière gratuit destiné aux apprenants adultes. Le programme Question d’argent pour les Autochtones inclut les mêmes thèmes principaux que le programme Question d’argent original, mais il comprend également des renseignements supplémentaires et des éléments visant à refléter la réalité des collectivités autochtones au Canada.

Le programme Question d’argent a été mis sur pied grâce au généreux soutien de son commanditaire fondateur, le Groupe Financier Banque TD, par l’entremise de sa plateforme de conscience sociale, la promesse TD Prêts à agir. L’été dernier, la GBNWA a organisé les deux ateliers suivants : À la découverte du système bancaire et Calendriers des dépenses. Chaque atelier a été animé bénévolement par une personne de la TD.

« Les ateliers se sont révélés très instructifs et la personne de la TD a fait un excellent travail en se plaçant au niveau des apprenants et en les aidant à assimiler les concepts financiers, déclare-t-il. L’ensemble du groupe avait une attitude positive pendant l’atelier et cherchait à en apprendre davantage. »

Selon Ryan St. Amant, les ateliers ont été bénéfiques et instructifs, et de nombreuses personnes en sont ressorties avec des conseils précieux pouvant être mis en pratique sur le champ. Par exemple, beaucoup avaient pour habitude de faire des avances de fonds sur une carte de crédit, sans savoir qu’il n’existe pas de délai de grâce dans ce cas, et que les intérêts sont facturés immédiatement. La formation leur a également permis d’en apprendre plus sur la constitution d’un dossier de crédit et sur la façon dont celui-ci est lié à l’obtention d’un prêt hypothécaire.

« L’une des participantes avait vendu une maison. Elle vivait de l’argent de la vente et n’avait donc pas recours au crédit, explique M. St. Amant. De ce fait, elle ne s’est pas constitué de dossier de crédit au cours des dernières années et il lui est maintenant difficile d’obtenir un prêt hypothécaire pour acheter une autre maison. »

La GBNWA prévoit d’organiser deux autres ateliers prochainement. Pour Ryan St. Amant, il est essentiel que la communauté autochtone bénéficie d’une éducation financière.

« En tant que personne autochtone, je trouve qu’en grandissant, nous n’avons pas reçu beaucoup d’informations sur le fonctionnement des banques et sur la façon dont elles pouvaient nous aider. Le fait qu’une personne travaillant dans une banque vienne nous parler directement nous a été vraiment été utile et bénéfique. »

Pour en savoir plus sur le programme Question d’argent, visitez questiondargent.ca.